lundi 20 septembre 2010

Message de Vincent Reynouard à ceux qui le soutiennent

Le site du Comité de soutien à Vincent Reynouard publie un texte de Vincent Reynouard pour remercier ceux qui sur le site du Comité ou ailleurs sur Internet lui ont apporté son soutien.


Je remercie tous ceux qui, sur Internet, m’apportent des messages de soutien. Bien que la grande presse ait gardé le silence sur mon incarcération, l’information circule.

Ce silence des médias aux ordres ne me surprend pas. Certaines « victoires » sont en réalité des défaites qu’il vaut mieux cacher tant on en a honte. Emprisonner un opposant intellectuel apporte la preuve qu’on ne peut rien lui répondre en le convaincant. On comprend que cette preuve, nos adversaires veulent la cacher.

Le révisionnisme est une marée montante, les lois antirévisionnistes des digues de sable hâtivement élevées par une armée en déroute. Elles pourront peut-être contenir un temps les flots, mais au moment de s’écrouler, elles laisseront les vagues déferler avec plus de force encore. Voilà pourquoi, du fond de ma cellule, je reste serein. Nos adversaires ont perdu la bataille dès 1979, lorsqu’ils ont déclaré qu’ils ne pourraient jamais y avoir de débat sur l’existence des « chambres à gaz ». C’était l’aveu de leur impuissance à soutenir la thèse officielle.

Mon incarcération est un élément à charge supplémentaire dans le dossier du révisionnisme. Car l’ignominie, à long terme, ne paye jamais, bien au contraire.

Gardons donc notre calme, car celui qui est assuré de la victoire ne doit pas perdre son sang-froid. Restons courtois. Proposons, exposons et n’imposons jamais. La vérité s’impose d’elle-même.

En l’absence des grands médias, ce sont les petits ruisseaux qui font les rivières. Une idée neuve et très anticonformiste ne progresse qu’ainsi, il ne faut pas se leurrer. Comme je le dis souvent, les « petits » militants auront, au Ciel, autant de mérite que moi. Car à quoi servirait – socialement j’entends – un sacrifice s’il restait inconnu ? Nous nous complétons donc tous. Merci à tous ceux qui, à leur échelle, me soutiennent en soutenant la cause.

Merci du fond du cœur.

Vincent Reynouard.

mercredi 1 septembre 2010

Vincent Reynouard en prison

L'historien Vincent Reynouard est emprisonné en France depuis la mi-août. Arrêté en Belgique, il a été extradé en vertu d'un mandat d'arrêt international. Il purgera à la prison une peine d'un an de prison pour avoir diffusé la brochure "Holocauste ? Ce que l'on vous cache".

Vous pouvez lui écrire à l'adresse ci-dessous :

Monsieur Vincent Reynouard
N° 33034
Maison d’arrêt de Valenciennes
BP 80 455
F-59322 VALENCIENNES Cedex


Le site du Comité de soutien à Vincent Reynouard répercute toutes les informations utiles (dons, démarches, etc.) et actualités concernant cette incroyable emprisonnement pour délit d'opinion.

mercredi 20 mai 2009

Le procureur et l'avocate ont évoqué "l'affaire Halimi"

Enregistrement audio de l'avocat de la "victime" sur RMC, assimilant quasiment une bagarre sur autoroute comme il s'en déroule chaque jour partout en France aux agissements de Youssouf Fofana et de sa bande.

A propos des cinq condamnés du « Front National » pour une agression...

Nous relayons le début de l'article consacré par le site (que nous remercions) "tous avec Carl Lang" sur cette affaire (l'article entier est ici).




C'est en revenant d'une réunion de Jean Marie Le Pen à Marseille que cinq personnes, militantes ou sympathisantes du FN ont été arrêtées, au péage de Fréjus.


Ces personnes ont été « reconnues coupables d'agression xénophobe en réunion et complicité, commise dimanche 10 mai à Vidauban (Var) ». Elles ont été condamnées en comparution immédiate à 18 mois de prison, dont 15 avec sursis. Le mandat de dépôt a été requis à la barre pour trois jeunes militants, un seul échappant au mandat d'écrou, en l'occurrence une femme, une retraitée de 68 ans. Le dernier, le plus jeune, âgé de 17 ans, a été placé en centre fermé, avant sa comparution prochaine devant le Tribunal des mineurs. Trois étaient membres du FN, dont le responsable des jeunes de Nice, et deux étaient des sympathisants. La retraitée était membre du FN depuis 1990 d'après les informations en notre possession.


Selon les faits évoqués devant le Tribunal, ils auraient roué de coups un jeune cuisinier noir sur une station-service d'autoroute située à Vidauban. La victime et certains témoins ont affirmé que les sympathisants du FN avait agressé le jeune cuisinier noir, au cri de « La France aux Français ! Le Pen président. A mort les noirs ou les Arabes. Heil Hitler ! ». Les accusé(e)s n'ont que très partiellement reconnu les faits, et sous forme de réplique, rejetant la provocation raciste sur la victime (qui n'était pas seul), mais nous allons y revenir...


La victime a eu une ITT (Interruption Temporaire de Travail) de trois jours au départ, puis de 8 jours au final, alors qu'elle semblait s'en être bien sorti, du moins d'après les photos parues dans la presse très peu de temps après les faits. Ajoutons que 8 jours d'ITT est une chose très rare ! Nous en savons quelque chose, puisqu'une de nos amies militantes de Bordeaux s'est faite agressée en 2008 par deux individus, qu'elle a eu le nez cassé et un traumatisme crânien Elle a porté plainte, mais le service d'urgence où elle avait été conduite ne lui a délivré qu'une ITT de 3 jours. Or, il faut savoir que s'il faut une « Interruption Temporaire de Travail » de 48 heures minimum pour porter plainte, le barème des peines encourues n'est pas du tout le même selon que l'ITT est égale ou inférieure à 7 jours, ou égale ou supérieure à 8 jours. Ajoutons que l'ultra majorité des plaintes avec ITT égale ou inférieure à trois jours sont classées sans suite...


Voici le barème en question :


- = 7 jours d'ITT = application de l'article R. 625-1 du Code pénal qui prévoit une amende pour contravention de 5° classe soit 1500 € (3 000 en cas de récidive). Le tribunal de police est compétent.

+ = de 8 jours d'ITT = application de l'article 222-13 du Code pénal avec 45 000 € d'amende et 3 ans de prison en répression du délit. Le tribunal correctionnel est compétent.

mardi 19 mai 2009

POUR AIDER NOS CAMARADES

Pour aider nos camarades :

QUICONQUE EST PRET A VENIR EN AIDE AUX PRISONNIERS ET A LEURS FAMILLES PEUT ENVOYER UN CHEQUE A JEUNE NATION QUI TRANSMETTRA (EN PRECISANT, DANS UN MOT D’ACCOMPAGNEMENT, “POUR LES PRISONNIERS NICOIS”)

Jeune NATION
BP 1030
69201 LYON Cédex 01

samedi 16 mai 2009

FNJ Nice : Quand les meules de Rachida savent broyer...

Communiqué du Parti populiste


Cinq militants du Front national de la jeunesse de Nice ont été condamnés le 12 mai en comparution immédiate à 18 mois de prison dont 3 mois ferme par le Tribunal correctionnel de Draguignan pour une agression à caractère raciste dans le Var, en revenant du meeting de LE PEN de Marseille.


Un 5e, un mineur de 17 ans a été placé en centre « éducatif » fermé.
La victime, un cuisinier noir, avait subi des insultes et aurait été « roué de coups » d’après les témoins ce qui avait entrainé un arrêt de travail de 8 jours. Dans un réflexe militant, les jeunes ont annoncé qu’ils quittaient le FN ce que n’a pas manqué de souligner son Président interrogé par les médias.

Le Parti populiste s’étonne de la lourdeur de la condamnation. Certes, une agression constitue un grave délit mais l’enquête a révélé que les jeunes étaient « éméchés », donc qu’ils avaient bu, ce qui atteste qu’ils n’étaient pas en possession de tous leurs moyens. Nous nous étonnons aussi que la Justice de ce Pays n’ait pas cru bon décider de peines substitutives. Elles ne manquent pourtant pas : bracelets électroniques, condamnation à des travaux d’intérêt général, amende financière, dédommagements pour la victime, et autres.


Mais de la prison ferme semble pour le moins paradoxal à l’heure où l’engorgement est généralisé dans les établissements pénitentiaires de Dame DATI.


Le Parti populiste estime que la prison aurait du être réservée à ces jeunes uniquement en cas de récidive avérée ou en cas de violences armées ou aggravées et préméditées. Or, la victime est apparue en bonne forme et sans traces de coups devant les journalistes et à l’audience, tant son rétablissement a été rapide ce dont nous ne pouvons manquer de la féliciter…


Nous serions également curieux de savoir si les actes de racisme anti-Français ou anti-blancs sont aussi souvent punis de prison ferme et dans les mêmes proportions ???


Si nous déplorons un acte répréhensible, rien ne nous empêche sur le plan humain de rester solidaires de militants qui avaient mené une campagne harassante.


Les savoir incarcérés nous révolte. Nous ne nous mêlerons donc pas au silence assourdissant de leur ancienne hiérarchie, exception faite de Jean-Marie LE PEN, et leur témoignons tous nos fraternels sentiments nationalistes.


(Parti populiste).

Intervention de Jean-Marie Le Pen

video